Recevoir les news d’Expat by You
Suivez-moi sur les réseaux sociaux
Image Alt

Expat by you

Celine Berthon

En expatriation, je n’aurais pas réussi professionnellement si… Par Céline Berthon.

Céline se pose dans sa cuisine toute blanche pour notre échange. Les cheveux attachés, un écouteur dans l’oreille et son téléphone à la main, elle m’accueille, souriante et les yeux pétillants. 

Après avoir vécu 4 ans à Moscou, elle vit à Stockholm depuis 2 ans et son expatriation prend fin cet été avec un retour à Paris. Céline est aujourd’hui présidente de Stockholm Accueil. Et il y a 6 ans, elle aurait sûrement ri si vous lui aviez dit que quelques années plus tard, elle encadrerait une équipe de 30 personnes.

Céline incarne par son vécu d’expatriée le tremplin professionnel qu’offre l’expatriation quand vous osez.

Comment a-t-elle transformé ses expatriations en opportunités professionnelles?
Quels sont ses conseils pour réussir professionnellement à l’étranger ?
Et surtout, laquelle de ses expériences allez-vous reproduire pour donner un élan à votre vie pro en expatriation ?

.

Dynamique professionnelle

.

Qu’est-ce qui a été déterminant dans votre réussite professionnelle?

S’appuyer sur mes compétences transférables

De formation sportive, j’ai une licence en « éducation et motricité » et une maitrise en « activités physiques adaptées » pour le public fragilisé. Je suis également entraîneur de badminton. En France, je travaillais dans une association qui m’a fait mieux connaître le monde du bénévolat. Une fois à l’étranger, forte de mes diplômes et de mes expériences, j’ai développé et animé des cours d’éveil sportif pour les enfants dans le cadre de l’association de parents de l’école française. J’ai également proposé des cours de badminton pour adultes de manière privée. En Suède, enrichie par mon expérience avec Moscou Accueil dans le pôle communication et visites, j’ai naturellement intégré l’équipe de Stockholm Accueil pour en devenir la présidente moins d’un an après notre arrivée. M’appuyer sur mes compétences acquises au fil de ma vie pro m’a permis d’oser sortir de ma zone de confort pour me lancer de nouveaux défis. 

Trouver un sens à mon expatriation et le nourrir

Aider, être utile à l’intégration de tous, rendre service et favoriser la mixité fait partie de mon ADN. Mes diplômes et mon poste en France, comme chargée de développement de projets sportifs et culturels, sont en corrélation directe avec ce qui est important pour moi. Comment me rendre utile à l’étranger ? J’ai nourri mes valeurs d’entraide en rejoignant Moscou Accueil, en développant les cours collectifs pour enfants et adultes. Je rends service à Stockholm Accueil comme maillon de la chaîne avec l’Alliance Française, l’ambassade, le lycée et la Chambre de Commerce. Quels que soient mes postes ou les personnes que je rencontre, je reste moi. L’expatriation, ce n’est pas jouer un rôle dans un autre pays. Je veux rester fidèle à mes valeurs pour nouer des relations de confiance partout dans le monde.

Mettre en place une organisation qui me laisse du temps pour moi

Je me connais et je sais que j’ai besoin de sécuriser ma maison avant de sortir. Une fois en place, je favorise mon équilibre pro / perso. En Russie, j’ai trouvé une nounou rapidement qui s’occupait de mes enfants deux jours par semaine. Je ne travaillais pas encore mais je voulais dès le départ mettre de mon côté les bonnes conditions pour retrouver ma dynamique professionnelle.

Être alignée en famille

Mes enfants étaient petits lors de notre départ à Moscou, 6 mois et 2 ans. Pour autant, je voulais rester une femme active professionnellement. C’était bien-sûr mon choix et également un choix de couple clair dès le début de l’aventure. 

.

Quels hasards vous ont aiguillée dans votre parcours ?

Je ne sais pas si ce sont des hasards. Ce sont plutôt des opportunités que j’ai saisies au vol et qui sont arrivées au bon moment. La réussite est un doux mélange de préparation et d’opportunité :

  • c’est en intégrant Moscou Accueil qu’un membre du bureau m’a proposé de faire partie de l’équipe de communication. J’ai ensuite intégré l’équipe des visites.
  • lors de la conférence Work in the City à Moscou sur la créativité, j’ai fait la connaissance d’une jeune maman comme moi, qui a monté son business. Ces rencontres m’ont fait réfléchir. Et pourquoi pas moi ?
  • je me suis entraînée au pitch, entre autres, en participant aux ateliers « Travailler En Suède avec Stockholm Accueil ». 
  • j’ai suivi et validé un MOOC sur le zéro déchet. 

Je dirais plus que je provoque les hasards en gardant une curiosité qui me conduit à une dynamique professionnelle. Rester en mouvement. Continuer à apprendre et progresser. Rencontrer des personnes et me nourrir de leurs expériences. 

.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Nous avons fait le choix de vivre à Moscou dans un quartier russe en dehors du centre-ville. Et les Russes ne sont pas de premier abord très chaleureux. Ce n’est pas évident d’arriver dans un nouveau pays et dans une nouvelle ville quand vos voisins vous ignorent.

ET…parler en public n’est pas l’exercice où je me sens le plus à l’aise. Cette année, j’ai prononcé un discours devant l’ambassadeur de France en Suède. C’est un pas de géant hors de ma zone de confort.

.

Comment les avez-vous surmontées ?

En étant curieuse, positive et ouverte à la différence de l’autre.

Éliminer les préjugés pour s’enrichir des différences. Cela a été pour moi une source inépuisable de découvertes. Cela m’a permis de lier de vraies relations plutôt que des relations de façade. 

En m’investissant pleinement dans les missions qui me sont confiées

 Que je sois rémunérée un peu, beaucoup ou pas du tout, j’ai toujours eu à cœur de livrer du travail de qualité. C’est pour moi un gage de réussite. Il ne peut y avoir de demi-mesure parce que vous travaillez bénévolement. Soit vous vous engagez, soit vous ne vous engagez pas. La qualité de votre travail est en lien avec le sérieux que vous y mettez. 

.

En quoi avoir construit une activité pro en expatriation est aujourd’hui un moteur pour votre travail ?

Clairement, avoir travaillé en expatriation m’a permis d’explorer de nouveaux domaines et d’élargir mes compétences.  Je sais ce que je veux garder et ce que je jette. Et c’est une force incroyable pour notre retour en France. Forte de cette connaissance professionnelle, je cible mon « job » de rêve, celui qui correspond à ce que j’aime MOI et je décide de faire. Je sais que j’en suis capable, comme je l’ai déjà fait lors de ma mobilité.

Je suis confiante et sereine pour retrouver un job en France. Je sais que je peux viser les étoiles et l’obtenir.

.

Et si c’était à refaire ?


Je reprends tout sans rien changer ! Ce qui a marché et ce qui a moins bien marché. Et j’encourage le plus grand nombre à vivre l’expérience.  Je suis prête à repartir demain pour un boulot ou à titre privé. L’aventure est tellement belle que nous avons le rêve fou de faire un tour du monde en famille !

Merci Céline pour le temps que vous m’avez accordée et pour vos conseils au travers de votre expérience. Tant de choses que nous faisons viennent des personnes que nous avons rencontrées et lues. Par votre expérience, vous êtes une source d’inspiration et lire votre réussite professionnelle est un moyen puissant d’inspirer d’autres femmes à trouver une dynamique professionnelle en expatriation. 

.

Dynamique professionnelle

.

Si vous avez lu cet article, c’est que vous êtes curieux.se et recherchez une nouvelle dynamique professionnelle. Peut être vous avez déjà trouvé l’activité qui vous correspond et les conseils de Céline vous permettront de consolider votre vie pro. 

Mais si vous vous posez des questions sur comment trouver un nouvel élan pro, si vous avez envie de changer de voie mais ne savez pas par où commencer, vous pouvez :

Publier un commentaire