Recevoir les news d’Expat by You
Suivez-moi sur les réseaux sociaux
Image Alt

Expat by you

Gardez votre cap professionnel : l’antidote blues de l’expatriation.

L’une des clés de réussite de l’expatriation est de ne pas vivre trop loin de ses besoins au risque de s’enfuir. En accompagnant votre conjoint, vous vivez le déracinement de la mobilité. Au début tout était nouveau et tout beau. Maintenant que votre nid est installé, une petite voix vous murmure un nouveau challenge professionnel à l’oreille. Travailler fait partie de votre équilibre et ce besoin n’est aujourd’hui pas satisfait. 

.

.

Tout devrait être rose mais …

Depuis quelque temps, vous sentez que quelque chose ne va pas et que le rose est en train de pâlir. Vous voulez retrouver la pêche au réveil, vous investir dans autre chose, autrement. Vous aimeriez bien retrouver votre allant et votre dynamisme d’avant. Quitter votre travail pour suivre votre conjoint a engendré une perte d’équilibre, qui a été comblée au démarrage de l’expatriation par l’euphorie de l’emménagement (la fameuse lune de miel). Mais aujourd’hui, vous ressentez plus fortement un manque.

Comme vous, je suis passée par là. J’étais au Canada quand un matin je me suis réveillée et j’ai dit à mon mari : « j’ai tout pour être heureuse, j’ai des enfants en bonne santé, un mari aimant, une super maison, nous n’avons pas de problème financier, nous sommes au Canada, dans la neige, les enfants vont à l’école en luge mais pourtant, il y a quelque chose qui ne va pas ». J’ai rapidement identifié ce qui manquait à ma nouvelle vie : je ne m’épanouissais pas professionnellement

.

Pourquoi garder un cap professionnel ?

Vous allez me demander la raison et je serai tentée de vous donner une réponse bateau en vous parlant d’équilibre et de bien-être. Or il s’agit de tellement plus. Il s’agit de votre place, de votre confiance, de votre avenir, de ce que vous transmettez à vos enfants, de votre comportement à la maison, etc.

Investir votre sphère professionnelle va vous permettre de trouver votre juste place dans ce nouveau cadre expatrié. Vous ne vous voyez pas rester à la maison ou ne faire que des visites pendant tout le temps de votre expatriation. Ne vous mettez pas en recul ou entre parenthèse professionnellement. Cette mobilité est un projet pour vous aussi. 

N’arrêtez jamais de grandir et d’apprendre. Vous avez fait des études, vous avez eu votre premier emploi puis, passée cette phase d’apprentissage, trois ans plus tard, vous avez évolué ou bien pris un nouveau job. L’expatriation est venue comme une opportunité, un projet de famille. Vous avez démissionné pour vivre l’aventure. Une fois l’installation terminée, vous abordez cette période sans avoir de nouveaux défis. Être stimulé, challengé et progresser fait partie de la satisfaction de votre nouvelle vie.

Ne pas nourrir un besoin d’épanouissement professionnel peut générer des frustrations qui se répercutent sur votre comportement. Et votre couple et votre famille sont en première ligne. Votre conjoint vous connait bien. Il sait que votre moteur ne tourne pas seulement autour de votre famille. Il a conscience que travailler est important pour vous.

.

Travailler en expatriation c’est construire un projet professionnel.

Il n’est pas toujours évident de retravailler loin de chez vous, à cause de la barrière de la langue, des éventuels problèmes de visa, des diplômes non reconnus. Tout cela impacte fortement votre plan de carrière.

Votre projet se trouve au confluent de votre identité professionnelle, de vos compétences et de votre valeur ajoutée : mettre à jour ce qui est important pour vousce que vous savez faire ou avez envie d’acquérir en compétences, et à quel besoin vous voulez répondre. 

Le format de votre projet sera celui qui s’adaptera le mieux à votre vie à l’étranger : 

– vous avez l’envie et la possibilité de poursuivre votre activité actuelle : foncez ! Pensez simplement à communiquer et à intégrer les réseaux locaux.

– vous aspirez à changer de voie :  pensez coaching en orientation professionnelle pour découvrir de nouveaux horizons pour trouver toute l’énergie qui vous manquait. Voulez-vous vous perfectionner ou changer de domaine ? Voulez-vous une rémunération ou bien faire du bénévolat ? Souhaitez-vous un temps plein ou un temps partiel ? Que vous vouliez travailler ou développer un projet, vous allez être amené à faire le point sur votre situation pour guider et planifier vos objectifs. 

Votre réussite professionnelle en expatriation est un mélange de préparation et d’opportunités pour mener le projet à la hauteur de vos envies et ambitions

.

Les avantages d’avoir su garder un cap professionnel

L’effet va être immédiat. Du jour au lendemain, vous aurez envie de vous lever le matin et vous serez heureux de vous former ou de partir travailler dans un domaine qui vous plait. L’ambiance à la maison s’en trouvera transformée et toute la famille y trouvera son compte. 

A moyen ou long terme, garder une activité professionnelle vous permettra de capitaliser de nouvelles compétences et maintenir votre employabilité. En effet l’expatriation ne durera pas toute votre vie et travailler aujourd’hui est aussi un bon moyen de préparer votre retour. L’entreprise va naturellement aller vers la personne qui est restée active à l’étranger.

Si vous avez des enfants, ils vont grandir et quitteront un jour le nid. Vous relancer sur une activité déjà testée en expatriation ou augmenter votre pourcentage de travail sera d’autant plus facile. 

Et si l’on regarde plus loin, vous serez sans doute satisfait d’avoir développé une activité différente. Elle pourra aussi vous apporter une transition et un complément de rémunération lors de votre passage à la retraite.

.

.

Vous l’avez compris, garder coûte que coûte un cap professionnel en expatriation ne vous apportera que du bonussur tous les plans. Mon mot de la fin : foncez !

.

Publier un commentaire